Papa l'orage comme quand je suis né?

 

 

 

 

Décembre mille neuf cent quatre vingt dix neuf,

Les toitures se mettent à nu

Blessées pour la première fois

Par celle qui longtemps c’est tue

La nature aux abois.

 

Des milliers d’arbres couchés

Un tanker nettoie son cul

L’ami Flipper vient s »échouer

Tu crois ton tour venu.

 

Ralenti un pic d’ozone

Numéro pair prend le métro

Peu rassuré dans cette zone,

Impair saute dans ton auto.

 

Quinze milliards d’années et puis

Un chef d’œuvre de la nature, toi

Quelques décennies et puis

Une erreur de la nature, toi.

 

Cet innocent qui va vers toi

Ses bras trouvant l’équilibre

Ses premiers pas maladroits

A-t-il le droit de survivre.

 

Des bennés volent au secours

De nos noirs rivages souillés

Après chez Total, un détour

Pour le plein contre deux billets.

 

C’est ce sale fric qui pollue

Ton esprit et ta planète

Il faut t’remuer le cul

Avant qu’elle ne pète.

 

Quinze milliards d’années, gars

Toi, un chef d’œuvre de la nature

Quinze milliards de dollars

Et tu anéantis ton futur.

 

Tu t’oxygènes roller au pied

Le long des couloirs de bus

T’as besoin d’un levier

Pour t’extraire de cet anus.

 

Pire que les merdes de chiens

La maladie de la vache folle

Tu deviens végétarien

Ou est passée ton auréole.

 

Le vent siffle telle une balle

Qui file droit vers sa cible

Wall Street pousse un dernier râle

Touché par une crise terrible.

 

Quinze milliards d’années et puis

Un chef d’œuvre de la nature, toi

Quelques décennies et puis

Une erreur de la nature, toi.

 

Toi qui te rues sur l’asphalte

C’est au chalumeau que de cette ferraille

Il faudra t’extraire sans halte

Et de soulager celui qui braille.

 

Trop énervé sous la chaleur d’été,

De ne sentir le vent du large

Tu râles carrément excité

En prenant ton ticket au péage.

 

Dernier préparatifs du départ

Les mômes et les valises entassés

Ils devraient pourtant en avoir marre

Ces hordes de nouveaux attardés.

 

Retenant une énorme envie

Afin de gagner quelques longueurs

Dépassant ce vieux pas très ravi

Tu iras en enfer si tu meurs.

 

Prenant dans le thermos du café

Ralentissements le moteur chauffe

Des corps étalés sur la chaussée.

 

Papa mais c'est quoi ce truc inoui!


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (15)

1. uae escort (site web) 12/11/2012

Jolie poste agréable. Je viens de tombé sur votre blog et je voulais dire que j'ai vraiment apprécié le surf autour de votre blog. Après tout, je vais être abonnés à votre flux et j'espère que vous écrire de nouveau très bientôt! ce qui concerne

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 20/02/2013