Mais pourquoi tu dis cela ?

 

 

 

Mais pourquoi tu dis cela ?


Lance t-il, verre de champagne

Levé, vautré dans le sofa.

Des villes fantômes en Espagne

Balayées par un vent tiède

Abandonnées aux pillages

Cause de bulles immobilières.

Aux US, tous ces ménages

De leurs maisons expropriées,

Suite à des fraudes bancaires.

Payées mais pourtant volées.

Le monde tourne à l’envers…

 

Mais pourquoi dis-je cela ?


Ces banquiers ont mijoté

Un sauvetage de l’état.

Une loi pour retarder

La chute d’un système de rats !

Martin Luther King rêvant

D’un noir à la maison blanche,

Vœu exhaussé mais pourtant

Tous nos espoirs de revanche

Sont donc réduits à néant.

Les banques ont gagné cette manche

Face à un Obama blanc

Noir de Cœur mais blanc d’esprit

D’esprit en otage des banques.

 

Non, non on ne peut changer

Dominants et dominés.

Non, non rien ne va changer

Mais les pôles vont s’inverser.

Non, non on ne peut changer

Que les pauvres soient endettés.

Non, non on ne peut changer

Que les riches n’soient condamnés.

Non, non rien ne va changer

Mais les pôles vont s’inverser.

 

Mais pourquoi tu dis cela ?


Obama Hussein Barack

Dit à la JP Morgan

De me rendre ma baraque,

Car j’ai ramé comme un âne

Et même risqué une attaque

Non épargné en Louisiane,

Pour buller dans mon hamac…

Toi pour une petite galère

J’t’apporterai des oranges

A Fleury avec Hamer

Tu sais celui qui dérange

Car il guérit le cancer.

L’Europe un centre de profit

Otage des anglo-saxons

Et les lois suivent c’est ainsi

Qu’est ce qui est mauvais ou bon ?

 

Mais pourquoi dis-je cela ?


Un téléfilm de noël

Un père veuf et son garçon

Une célibataire très belle

Un happy end, ducon

Tu ne vois pas les nouvelles,

Pas de la neige qui ne fond

Ou de cette Iran rebelle,

Mais des nouvelles lois qu’ils font !

T’es comme cette pauvre grenouille

Que l’on trempe dans l’eau tiède

Sur le feu comme ces fripouilles

Le font avec toi ou Ahmed.

Elles s’assoupie la grenouille

Elle ne peut appeler à l’aide

Elle cuit victime de l’embrouille.

 

Non, non on ne peut changer

Dominants et dominés.

Non, non rien ne va changer

Mais les pôles vont s’inverser.

Non, non on ne peut changer

Que les pauvres soient endettés.

Non, non on ne peut changer

Que les riches n’soient condamnés.

Non, non rien ne va changer

Mais les pôles vont s’inverser.

 

Pourquoi est-ce que tu dis cela ?


Toi ici et maintenant

Tu es conscient du bonheur.

Prisonnier de ce carcan

C’est après un grand malheur,

Que devenu cet être aimant

Son prochain loin de la peur,

S’est invité cet enfant.

Libéré de cette pensée,

Qui emprisonnait son cœur,

Sa conscience s’est éveillée

Loin des peurs et des frayeurs

Que le corps fait émerger.

 

Alors pourquoi tu dis cela ?


Règne total des dinosaures.

Gros comme le mont Everest

Un météorite instaure

La fin d’un règne indigeste.

Règne total des financiers

Vingt neuf septembre 2008,

La cloche a déjà sonnée,

Moins 777 à Wall Street.

Fatima et son secret,

Par le Vatican, enfoui.

Mayas et calendrier

Malachie et prophétie

La fin d’un règne annoncée.

 

Alors pourquoi dis-je cela ?


Obama Hussein Barack

Loi HR 3808.

Saddam Husseim en Irak

Massacre à DoujaïI de chiites.

Le tigre chasse le yack,

Puis le matin chasse la nuit.

Et le Serbe chasse le Bosniaque.

Alors mon cœur chasse ces bruits,

Tire la chasse et bivouac

En paix dans cette putain de vie

Et arrête de dire cela.

 

Arrête de dire ça,

Arrête de dire ça,

Arrête de dire ça…


 

 

29 mars banlieue parisienne


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 01/03/2013